La Corrèze résiste au mariage multiculturel…

Il existe dans le code civil l’article 173 qui permet à la famille proche de faire opposition au mariage de leurs enfants et descendants, même majeurs. Il était permis de pense que ce texte soit tombé en désuétude.

C’est vrai qu’il ne porte pas beaucoup jurisprudence.

Mais, les mariages multiculturels lui redonnent un peu de vie (j’allais dire de mauvaise vie)

Dans un cas qui me préoccupe actuellement, un parent s’oppose au mariage de sa fille aux motifs que celui qui est son compagnon depuis plusieurs mois, n’est pas en règle de résidence sur le sol français. Ce parent y voit un obstacle estimant que son enfant, majeur depuis longtemps, veut favoriser une union qui serait fictive.

Le couple mis en cause se défend bien entendu mais il doit saisir le Tribunal ce qui retarde la mise en œuvre de son union, crée des frais supplémentaires et surtout perpétue une souffrance de la relation filiale.

Sans doute ce texte de l’article 173 du Code Civil peut il encore servir de façon opportune ?
Mais, il est regrettable que sa déviance contribue à diviser les familles et à faire peser sur les jeunes candidats au mariage des formalités lourdes supplémentaires.

On imagine quelle utilisation pourra être faite de ce texte, s’il est maintenu lorsque le mariage des homosexuels sera autorisé.