Ma pratique du divorce

Je considère qu’il s’agit de l’acte le plus important de la vie de la personne.

Il bouleverse tous ses repères, et la vision qui avait construit ses choix antérieurs.( Enfants, ressources, patrimoine, partagés, avec retour a la vie de célibataire, quand ce n’est pas l’emploi ou la résidence qui changent.) La banalisation qui a été faite par la société de cet acte majeur, complique la prise de conscience, et l’attention psychologique qu’il nécessite.

J’agis en conséquence.

Je reçois très vite. Le jour même de la demande si possible.

L’écoute sécurise, et parfois il est possible de dégager des visions d’avenir qui sont apaisantes.

De plus cet entretien permet de vider l’esprit d’interrogation captées ici ou là qui stressent un peu plus.

Souvent la personne ressort de cet entretien différente. C’est une belle récompense !

Je mets en place une équipe pour la préparation du dossier, de telle sorte que la prise en charge, soit rapide et englobe, les problèmes humains, financiers, et patrimoniaux.

Car cette vision globale, précise, permet d’explorer les facultés d’accords au moins partiels.

Plus il y aura d’accords plus grandes sont les chances de sauvegarder le patrimoine humain, plus vite les parents retrouveront leur sérénité d’éducateurs.

Mais l’inverse est aussi vrai.

L’accord ne dépend pas que de moi, mais je veux pouvoir montrer à mon contradicteur, que je m’y suis préparé, et que j’y suis disponible.

En même temps, il comprend aussi que je serai prêt s’il faut aller au combat !

Quand j’ai établi un lien de confiance, et un dossier complet, j’ai une vision précise du contenu de la fin. L’expérience joue son rôle !

Reste à s’adapter aux intentions des contradicteurs. Certains ne sont pas disposės à régler immédiatement. D’autres ont des prétentions qui me semblent inadaptées.

Les juridictions vont alors arbitrer.

C’est une autre phase.

La communication écrite et orale vont avoir un rôle majeur.

J’y investi l’équipe, en principe deux personnes supplémentaires qualifiées pour des écritures efficaces, et respectueuses du conjoint de la personne défendue.

Je vais ensuite convaincre le juge de la pertinence de notre réflexion.

C’est mon plaisir que de donner ma parole pour la dignité de la personne qui m’a investie de sa confiance.

J’ai recours, souvent, à un débat contradictoire avec un confrère ou une consoeur, en présence de nos clients respectifs.

Chacun peut s’exprimer sur ses prétentions, le client comme l’avocat.

Chacun comprend, s’il le veut bien, les motivations de l’autre, la logique des thèses qui s’opposent, les choix difficiles d’arbitrage.

Ces débats sont marqués par l’émotion qui, exprimée et maitrisée, donnent des résultats inattendus, ou préparent à des solutions dans les semaines à venir.

Ces débats se font aussi en présence des notaires, pour favoriser les partages.

Avec le temps la complexité de ces ruptures, ses enjeux humains, financiers, patrimoniaux, leurs répercussions réciproques, l’influence de leurs conseils, sont devenues une passion.